Chargement...

Quelles sont les différences entre les chaudières gaz et électriques ?

Lorsque vient le moment de choisir le système de chauffage de son logement (chaudière, pompe à chaleur, radiateurs électriques), on sélectionne d’abord l’énergie qui l’alimentera. Dans le cas d’une chaudière, les deux énergies les plus utilisées aujourd’hui (et les plus recommandées) sont le gaz et l’électricité. Mais quelles sont les différences entre une chaudière à gaz et une chaudière électrique ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ces deux types de chaudières ? Atlantic vous aide à y voir plus clair.

Quelles sont les différences entre les chaudières gaz et électriques ?

Les différents modèles de chaudières gaz et électriques

Dans la grande famille des chaudières, il existe à peu près tous les modèles de chaudières – murale ou au sol - et tous les types de combustibles : électricité, fioul, gaz, bois…

Chaudière murale ou chaudière au sol ?

Le choix du type d’installation de la chaudière se fera naturellement selon la configuration de votre logement et la place que vous pourrez allouer à la chaudière.

Dans un appartement ou bien une habitation de plus petite surface, les chaudières murales gaz Atlantic (compactes et esthétiques) s’adapteront parfaitement à une pièce de vie, le plus souvent dans la cuisine ou dans la salle de bain. Bien que plus petite et moins puissante qu’une chaudière sol, la chaudière murale bénéficie des mêmes caractéristiques à l’usage et procure le même confort thermique. Ce type de chaudière, plus facile à installer, existe aussi en version électrique.

Dans une maison où la surface est plus importante et où l’on peut réserver une pièce dédiée à la chaudière, vous pourrez plus facilement choisir une chaudière sol gaz. De puissance plus importante que sa petite sœur murale, une chaudière sol gaz pourra chauffer la maison et produire de l’eau chaude pour toute la famille sereinement. Ce modèle de chaudière existe aussi en version électrique, néanmoins, il n’est pas conseillé pour chauffer un logement de grande surface, car peu économique à l’usage.

Vous hésitez encore entre une chaudière murale et une chaudière au sol ? Suivez le guide !
  

Les chaudières électriques

Au-delà de leur mode d’installation et de fixation, quelles sont les différences les plus notables entre les chaudières électriques et les chaudières gaz ? Explications.

Plutôt discrète, la chaudière électrique murale repose sur une installation et un fonctionnement simple. Par ailleurs, la technologie de ce système de chauffage peut varier d’un modèle à l’autre.

Comment fonctionne une chaudière électrique ?

Quelle que soit l’énergie utilisée, le fonctionnement reste le même pour une chaudière classique gaz ou électrique. L’eau qui circule dans le réseau hydraulique doit être chauffée !

Aujourd’hui, on recense 3 grands types de chaudières électriques qui fonctionnent sensiblement de la même façon :

  • Les chaudières électriques classiques. Leur fonctionnement est proche de celui d’une chaudière à gaz. Ici, c’est l’électricité qui est utilisée pour chauffer des résistances immergées dans l’eau. Une fois que l’eau a atteint la température demandée, elle est envoyée via le réseau hydraulique vers les émetteurs de chaleur, radiateurs ou plancher chauffant.
  • Les chaudières électriques à induction. Ici, le fonctionnement est moins « direct » qu’une chaudière électrique classique. La chaudière à induction fonctionne grâce à un électro-aimant qui produit de la chaleur. Cette chaleur est transmise à un fluide caloporteur qui la retransmet à un échangeur à plaques. C’est ce dernier élément qui viendra chauffer l’eau du réseau.
  • Les chaudières électriques ioniques ou chaudières électrolyse. Ce modèle de chaudière utilise directement l’électricité pour ioniser l’eau à chauffer à l’aide d’électrodes. Les molécules électriquement neutres présentes dans l’eau sont transformées en ions (chargés positivement et négativement), ce qui produit de la chaleur. Celle-ci est transmise à un fluide caloporteur grâce à un échangeur à plaques qui chauffera ensuite l’eau du réseau hydraulique.

Le fonctionnement d’une chaudière électrique est plutôt simple mais demande beaucoup d’électricité pour fonctionner : c’est là son point faible puisque, sur le long terme, cet appareil de chauffage s’avérera plutôt coûteux. Néanmoins, la chaudière électrique présente aussi des avantages notamment pour chauffer et produire de l’eau chaude dans des logements bien isolés ou de petites surfaces.
   

Faire installer une chaudière électrique : avantages et inconvénients

Petite, compacte et facile à installer, la chaudière électrique présente de nombreux avantages mais aussi quelques inconvénients qui méritent réflexion.
  

  L’installation d’une chaudière électrique est simple et rapide. L’appareil peut donc facilement s’intégrer à un logement neuf ou en rénovation. Avec une performance très élevée et un rendement proche de 100%, son efficacité thermique est optimale lorsque l’isolation du logement est de bonne qualité, tout comme le confort thermique prodigué : elle chauffe rapidement et en silence. 

Autre avantage, une chaudière électrique classique est un système de chauffage peu cher à l’achat, son prix avoisinant les 1000€, en entrée de gamme. L’investissement de départ se révèle alors moins élevé que pour l’achat et l’installation d’une chaudière gaz classique. De plus, l’électricité permet de maîtriser très précisément la température et ne nécessite que très peu d’entretien, ce qui permet aussi de faire diminuer les coûts d’intervention.
  

Si le prix d’une chaudière électrique classique est peu élevé, celui d’une chaudière ionique peut dépasser les 15 000€, installation incluse. De plus, ce sont des appareils très énergivores ! Avec un prix du kilowattheure qui augmente d’année en année, la chaudière électrique n’est pas un appareil bon marché. En plus de cela, les aides financières comme ma Prime Renov’, les CEE ou le prêt à taux zéro ne sont pas accessibles avec une chaudière électrique, ce qui fait en conséquence exploser les coûts à l’installation !

En conclusion, la chaudière électrique s’adapte plus facilement à un studio ou un petit appartement bien isolé, ce qui diminuera la consommation énergétique. À l’inverse, si vous souhaitez équiper une grande maison et effectuer des travaux de rénovation énergétique, une chaudière gaz est à privilégier.
  

Les chaudières gaz à condensation et basse température

Le gaz est le combustible le plus recommandé actuellement, notamment parce qu’il alimente le modèle de chaudière à très haute performance le plus efficace : la chaudière gaz à condensation. La chaudière gaz basse température mérite également de s’y pencher. Mais comment fonctionnent une chaudière gaz à condensation et une chaudière gaz basse température ?

Comment fonctionne une chaudière à gaz ?

Pour démarrer, la chaudière est reliée à l’électricité, qu’elle soit au gaz ou électrique. Ici, dans le cas d’une chaudière alimentée au gaz, le combustible est amené jusqu’à la chaudière. Sa combustion produit alors de la chaleur qui est transmise à l’eau du circuit interne à la chaudière ou bien à un liquide caloporteur. L’eau chaude est ensuite acheminée jusqu’aux émetteurs de chaleur via le réseau hydraulique – radiateurs ou plancher chauffant – qui diffusent de la chaleur dans toute la maison.

Le fonctionnement global d’une chaudière gaz basse température est sensiblement le même qu’une chaudière gaz traditionnelle. Simplement, la température de l’eau chauffée par la chaudière monte seulement à 50 ou 60°C. Mais le confort thermique pourra-t-il être maintenu dans ces conditions ? Bien sûr ! Afin de compenser la température plus basse de l’eau du réseau, il suffit d’augmenter la surface de chauffe des émetteurs de chaleur en installant des émetteurs basse température ou un plancher chauffant.

Le fonctionnement d’une chaudière à condensation gaz est quelque peu différent et plus performant ! En effet, dans une chaudière gaz basse température, les fumées chaudes sont évacuées à l’extérieur du logement. Les calories présentes dans ces fumées sont donc perdues. Avec une chaudière à condensation, les fumées sont récupérées et leurs calories réutilisées pour chauffer l’eau du réseau. Ainsi, aucune perte et bonjour les économies d’énergie !

Vous souhaitez connaître plus en détails les différences entre une chaudière basse température et à condensation ? La réponse ici !
  

La chaudière à condensation gaz : LA chaudière incontournable

Depuis 2018, les chaudières gaz basse température dont le rendement est inférieur à 86% sont interdites à la vente pour les particuliers, tout comme les chaudières au fioul qui seront interdites à l’installation en 2022, trop polluantes et de plus en plus coûteuses. Vous pouvez encore faire réparer vos anciennes chaudières mais si vous équipez un logement neuf ou bien si vous changez de système de chauffage dans le cadre de travaux de rénovation énergétique, vous devrez vous tourner vers une chaudière à condensation, une chaudière électrique ou une pompe à chaleur.

  

Choisir une chaudière gaz à condensation : avantages et inconvénients

Aujourd’hui, lorsque l’on choisit de faire installer une chaudière par un professionnel qualifié, l’énergie la plus évidente est le gaz. Pourtant très avantageuses et offrant une performance des plus élevées, les chaudières gaz présentent également quelques points moins engageants.

 La chaudière gaz à condensation est considérée comme un système de chauffage à très hautes performances énergétiques, en d’autres termes, c’est un appareil économique et très peu énergivore.

Le gaz naturel demeure une énergie plutôt bon marché malgré les fluctuations observables sur une année. La chaudière à condensation est donc peu coûteuse au regard de sa consommation énergétique. De plus, le rendement d’une chaudière gaz à condensation est particulièrement intéressant puisqu’il dépasse les 100%. Les calories des fumées étant récupérées, des économies d’énergie de l’ordre de 25 à 30% peuvent être réalisées. En plus de ces économies d’énergie importantes, l’achat et l’installation d’une chaudière gaz à condensation vous feront bénéficier des aides financières gouvernementales. Un point à ne pas négliger !
  

En effet, les aides financières sont les bienvenues car le prix d’une chaudière gaz à condensation est plutôt élevé et peut atteindre les 7000€, hors installation.

Autre inconvénient, l’impact écologique de l’utilisation du gaz : l’extraction et l’utilisation de cette énergie possible sont sources de pollution et de rejet de CO2. 

En conclusion, une chaudière gaz à condensation s’avère être un appareil très performant et très économique sur le long terme. Son coût plus élevé à l’achat qu’une chaudière électrique peut être facilement allégé par les aides de l’État.
  

Ma Prime Renov’, CEE, Éco-PTZ : c’est possible avec une chaudière gaz à condensation

En faisant installer une chaudière électrique, vous ne pourrez pas bénéficier des aides de l’État. En revanche, en choisissant d’équiper votre habitation d’une chaudière gaz à condensation, murale ou sol, vous pourrez toucher Ma Prime Renov’, bénéficier des Certificats d’économies d’énergie (CEE) ou de l’Éco-prêt à taux zéro (PTZ).

Pour tout savoir dans le détail, lisez le guide des aides financières Atlantic.

  

Chaudière électrique ou gaz à condensation ?

Vous l’aurez compris, les chaudières électriques ou gaz à condensation sont assez différentes dans leur utilisation notamment concernant le type de logement à équiper.

 

Prix achat moyen

Aides de l’Etat

Coût sur le long terme

Rendement/ Performance

Installation

Entretien

Logement

GAZ CONDENSATIONEntre 3000 et 7000€OUI

Economique

jusqu’à 35% d’économies

Dépasse les 100%
 
Simple
Electricité, gaz de ville ou réserve de gaz
Annuel obligatoireNeuf ou rénovation, appartement ou maison
ELECTRIQUEEntre 1000 et 6000€NON

Cher

(environ 2000€/an pour 100m2)

Proche de 100%Très simple
Electricité
Non obligatoirePetite surface uniquement

  

  

Nos outils

Et pour vous aider dans votre projet :