Chargement...

Chaudière : comment réduire la facture et réaliser des économies au quotidien ?

Avant d’investir dans une nouvelle chaudière, prenez le temps d’étudier les moyens de réduire le budget à l’achat et lors de l’utilisation. Suivez le guide pour connaître ces solutions qui changent la donne !

Un éventail d’aides financières

  • Réduire la facture des travaux
Chaudière : comment réduire la facture et réaliser des économies au quotidien ?

Pour l’installation d’une chaudière à condensation (gaz ou fioul), vous pouvez bénéficier d’une TVA à 5,5 %. Ce taux réduit est accessible aux propriétaires (occupants, bailleurs ou syndic de copropriété), locataires, occupants à titre gratuit et sociétés civiles immobilières (SCI). Il faut également que le logement soit une résidence principale ou secondaire achevée depuis plus de 2 ans. Pour en bénéficier, il est impératif de passer par un professionnel pour l’achat et la pose de l’appareil. C’est lui qui appliquera la TVA réduite sur la facture. Il vous sera demandé de signer une attestation confirmant que les conditions sont bien remplies.

Autre option : les Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) qui s’appliquent pour remplacer votre vieille chaudière pour un modèle plus performant. Les critères d’éligibilité concernent votre situation personnelle (voir les plafonds de revenus par ménage), le logement concerné par les travaux de rénovation et les travaux en question. La démarche pour bénéficier de la prime consiste à choisir un professionnel signataire de la Charte « Coup de pouce économies d’énergie », d’accepter l’offre avant la signature du devis des travaux envisagés et de les faire réaliser par un professionnel disposant du label « Reconnu garant de l’environnement » (RGE). Attention, la facture doit expressément mentionner la dépose de la chaudière existante. Le client doit ensuite retourner les documents (factures, attestations sur l’honneur...) au partenaire dans les délais prévus.

  • Obtenir une facilité de paiement

Sans condition de ressources, sans intérêt et sans avancer d’argent, l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) permet de financer vos travaux de rénovation de 10 000 à 30 000 €. Pour cela, il faut être propriétaire (occupant ou bailleur) et le projet doit porter sur la résidence principale (achevée depuis 2 ans) et être réalisé par un professionnel RGE. Le remboursement peut s’étaler sur 3 à 15 ans (pour les enveloppes de 30 000 €).

  • Déduire des impôts une partie des dépenses de travaux

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) permet de déduire 15 à 30 % du montant des dépenses liées à vos travaux de rénovation de votre impôt sur le revenu. Ce dispositif concerne les propriétaires occupants et les locataires dont la résidence principale est achevée depuis plus de 2 ans. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE. Le taux varie en fonction de la nature du projet et le montant est plafonné en fonction du nombre de personne occupant le foyer. Les dépenses doivent être déclarées une fois les travaux finis et payés. Pensez à conserver les factures qui peuvent être demandées par l’administration fiscale ! 

  • Bénéficier d’un coup de pouce supplémentaire

Établissement public chargé d’améliorer l’état des logements existants, l’Anah accorde des aides aux ménages modestes (propriétaires occupants ou bailleurs, copropriétés dans des logements fragiles). L’habitat doit avoir plus de 15 ans et ne pas avoir bénéficié de prêt à taux zéro depuis au moins 5 ans. Deux programmes existent : « Habiter Mieux Sérénité » pour les travaux permettant de bénéficier d’un gain énergétique d’au moins 25 % et « Habiter Mieux Agilité » pour notamment changer de chaudière. Selon les ressources du foyer, ces dispositifs couvrent 35 % à 50 % du montant HT des travaux (info 2019).

Renseignez-vous également auprès de votre Conseil départemental ou régional qui peut accorder des prêts, des subventions, voire des allègements d’impôts aux propriétaires souhaitant acheter et faire installer un appareil performant.

  • Des économies côté conso

Même avec la Rolls des chaudières, si elle se trouve dans une passoire thermique, elle ne fera pas de miracles. Aussi, avant le choix et la pose de l’équipement, demandez à l’installateur de réaliser un bilan énergétique afin de contrôler l’isolation de votre habitat, de déterminer les besoins du foyer et d’adapter le dimensionnement et le réglage de l’installation.

Autre réflexe pour réduire la consommation de votre chaudière : adopter une température raisonnable et adaptée à vos besoins. Sachez qu’en baissant la température de seulement 1°C, près de 7 % d’économie d’énergie sont réalisés. Il est ainsi recommandé de maintenir une pièce de vie à 19°C lorsqu’elle est occupée et de limiter les chambres à 16°C. Pour adapter la température, il existe plusieurs solutions : les robinets thermostatiques, la domotique, les thermostats automatiques, la sonde extérieure.

Enfin, l’entretien annuel de votre chaudière, en plus d’être obligatoire, permet de diminuer sa consommation énergétique de 8 à 12 %. 

Pour en savoir + sur ces aides qui peuvent se cumuler, consulter notre tableau récapitulatif des aides 2019.