Chargement...

Le chauffe-eau thermodynamique : comment concilier économies et écologie ?

De plus en plus répandu, le chauffe-eau thermodynamique permet de chauffer votre eau grâce aux calories naturellement présentes dans l’air. Autrement dit, grâce à une énergie renouvelable ! Quel est son fonctionnement ? Est-ce que cela permet de faire des économies ? Cette solution est-elle adaptée pour votre logement ? Zoom sur un ballon performant qui a le vent en poupe.

Un chauffe-eau thermodynamique, comment ça marche ?

Comme les ballons électriques et solaires, le chauffe-eau thermodynamique individuel (ou CETHI pour aller plus vite) a pour mission de produire l’eau chaude sanitaire nécessaire à vos besoins. Sa particularité ? Il associe une petite pompe à chaleur à un ballon électrique. C’est cette pompe qui va permettre de réchauffer l’eau. Explications.

Le principe de base d’un chauffe-eau thermodynamique

Le chauffe-eau thermodynamique fonctionne selon le principe de l’aérothermie. Proche de la géothermie qui récupère l’énergie stockée dans le sol, ce système consiste à capter la chaleur contenue dans l’air grâce à une pompe à chaleur pour chauffer l’eau (c’est pour cela que l’on parle d’une pompe à chaleur « air-eau »).

Pour entrer plus dans le détail, un fluide frigorigène (comme celui qui est utilisé dans un frigo ou une clim’) circule dans la pompe à chaleur. Il capte les calories de l’air, ce qui lui permet de passer de l’état liquide à l’état gazeux et d’être comprimé pour grimper en température. La chaleur qu’il dégage est ensuite transmise à l’eau présente dans le ballon.

LA PRODUCTION D’EAU CHAUDE NE RISQUE-T-ELLE PAS D’ÊTRE INSUFFISANTE ?

Rassurez-vous, non ! Pour que vous ne manquiez jamais d’eau chaude, le chauffe-eau thermodynamique est équipé d’un appoint électrique qui prend le relais en cas de besoin. Cela peut se révéler utile, par exemple, lors des grands froids ou si vous recevez des invités et que vos besoins en eau chaude augmentent exceptionnellement.

En outre, ce type de chauffe-eau peut être doté d’un mode « auto » qui lui permet de mémoriser vos rythmes de vie et de s’adapter aux imprévus pour toujours produire la quantité d’eau chaude nécessaire. Résultat ? Vous profitez d’un maximum de confort, tout en faisant des économies (votre appareil ne chauffe l’eau que lorsque vous en avez vraiment besoin).

3 façons de capter l’air

Lorsque l’on installe un chauffe-eau thermodynamique, il existe trois configurations, qui correspondent à trois façons de prélever l’air pour chauffer l’eau :

  • Sur air ambiant : le chauffe-eau récupère l’air de la pièce où il est situé (idéalement, dans un garage ou une cave) et y rejette l’air refroidi.
  • Sur air extérieur : le chauffe-eau est installé à l’intérieur mais il capte les calories de l’air extérieur grâce à une gaine qui traverse le mur. L’air refroidi est ensuite refoulé à l’extérieur via une seconde gaine pour ne pas rafraîchir la pièce.
    Il existe deux déclinaisons de ce type de chauffe-eau thermodynamique :
    • L’une consiste à capter l’air à l’intérieur et à rejeter l’air refroidi à l’extérieur.
    • L’autre, appelée « split », sépare les éléments du chauffe-eau : la pompe à chaleur est installée à l’extérieur de votre habitation, alors que le ballon d’eau chaude est stocké à l’intérieur.
  • Sur air extrait : ce système est moins répandu car il nécessite une ventilation mécanique contrôlée (VMC). En clair, le chauffe-eau est relié au système de ventilation de votre logement et capte les calories contenues dans l’air extrait par la VMC (surtout en provenance des pièces humides comme la salle de bains et la cuisine car l’air y est plus chaud). L’air refroidi qui ressort du chauffe-eau est ensuite évacué vers l’extérieur pour ne pas impacter la température de la pièce où il se trouve.

LE COP, KÉZAKO ?

Lorsque vous choisissez un chauffe-eau thermodynamique, pensez à jeter un œil à sa performance énergétique. Autrement dit, à son coefficient de performance (COP) que vous trouverez sur sa fiche technique. Il s’agit de la quantité d’énergie utile qu’il produit par rapport à celle qu’il consomme. Par exemple, si vous voyez que le COP est de 3, cela signifie que l’appareil consomme 1 kWh d’électricité afin de vous fournir 3 kWh d’énergie sous forme d’eau chaude sanitaire. Pour qu’un chauffe-eau thermodynamique soit performant, il est conseillé de choisir un modèle dont le COP est supérieur à 2,5.

Autre gage de performance auquel se fier : l’étiquette énergie A, voire, encore mieux, A+. Vous la trouverez notamment sur l’ensemble des modèles Atlantic.

Pourquoi choisir un chauffe-eau thermodynamique ?

Écologique, économique, simple à utiliser, réactif… Si le chauffe-eau thermodynamique est largement plébiscité par les consommateurs, c’est qu’il présente de nombreux atouts. Tour d’horizon.

Un système de production d’eau chaude en mode « respect de l’environnement »

Le chauffe-eau thermodynamique est une solution écologique et responsable car elle se sert principalement de l’air pour chauffer l’eau, c’est-à-dire d’une source d’énergie renouvelable, donc inépuisable et propre. Quid de l’appoint électrique ? Et bien il s’avère que l’impact sur l’environnement dans la durée reste moindre par rapport à un chauffe-eau utilisant des énergies non renouvelables !

Un investissement rentable

L’achat et l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique représentent un certain investissement de départ : comptez environ 2 250 € pour la fourniture et 460 € pour la pose d’un appareil de 300 litres selon l’Ademe. Néanmoins, ce coût initial est rapidement amorti (en seulement 2 ans environ) grâce aux économies réalisées à l’usage :

  • L’air est une ressource gratuite
  • Vous consommez peu d’électricité

Ainsi, il est possible de diviser par 3 votre facture d’électricité par rapport à un chauffe-eau classique et de réaliser, en moyenne, jusqu’à 75 % d’économies. Par exemple, le chauffe-eau thermodynamique Egeo (qui, en plus, est moins cher à l’achat : à partir de 1 884 € TTC) vous permet de faire jusqu’à 65 % d’économies, et le chauffe-eau connecté Calypso jusqu’à 75 % !

ÇA PAR EXEMPLE !

Le budget lié à l’eau chaude sanitaire d’une famille de 5 personnes équipée d’un chauffe-eau thermodynamique Calypso s’élève à environ 110 € TTC/an, alors qu’il faut compter environ 440 € TTC/an avec un chauffe-eau électrique classique.

  

LE SAVIEZ-VOUS ?

Pour financer une partie de votre chauffe-eau thermodynamique et alléger la facture, vous pouvez bénéficier de certaines aides :

  • Un crédit d’impôt montant jusqu’à 30 % du prix d’achat TTC hors main-d’œuvre (et un maximum de 3 000 € TTC).
  • Une TVA réduite à 5,5 % (au lieu des 10 % habituels sur les chauffe-eau électriques)
  • Le dispositif des Certificats d’économies d’énergie : aides des fournisseurs d’énergie qui prend la forme de primes, prêts à taux bonifié, conseils…

Pour prétendre à ces aides, il faut remplir une condition essentielle : l’installation doit être obligatoirement réalisée par un installateur qualifié RGE (reconnu garant de l’environnement).

Une solution compatible avec la RT 2012

Si vous faites construire un logement neuf, sachez que le chauffe-eau thermodynamique, en utilisant une énergie renouvelable pour chauffer l’eau, répond aux exigences de la RT 2012. Un plus à prendre en compte dans votre projet !

Un temps de chauffe rapide

Les appareils actuels sont dotés d’une grande réactivité. De nombreux modèles, comme ceux de la gamme Calypso, disposent d’une fonction « boost » qui permet de chauffer l’eau plus rapidement sur une période de 1 à 7 jours. Pratique en cas d’imprévus, par exemple si vous accueillez du monde chez vous pendant un week-end, si votre enfant invite un ami à dormir, ou encore si votre belle-mère arrive pour une semaine. Vous aurez de l’eau chaude en quantité suffisante, et plus vite !

Une utilisation simple et un entretien réduit

Aujourd’hui, l’utilisation d’un chauffe-eau thermodynamique est encore plus simple grâce à des fonctionnalités qui le rendent connecté et intelligent. Le chauffe-eau connecté Calypso, par exemple, peut être piloté à distance via votre smarphone et propose une fonction « absence » programmable pour ne pas consommer quand vous n’êtes pas chez vous. Résultat : vous évitez les gaspillages et réalisez des économies d’énergie, sans trop avoir à y penser !

Question entretien, c’est également assez facile : il faut prévoir une révision par un professionnel environ tous les 2 ans mais, en dehors de cela, il n’y a pas d’entretien lourd. Veillez simplement à bien protéger les arrivées et sorties d’air des éventuels obstacles, de la poussière et de l’encrassement pour une performance optimale de l’appareil.

Où installer mon chauffe-eau thermodynamique ?

La première chose à savoir est qu’un chauffe-eau thermodynamique s’installe aussi bien dans un logement neuf que dans le cas d’une rénovation. Ensuite, il convient de se poser un certain nombre de questions pour savoir quelle est la meilleure option pour vous !

Disposez-vous d’un local non chauffé dont le volume mesure au moins 20 m3 ?

Si votre logement comporte une pièce hors gel et non chauffée (garage, cave, arrière-cuisine, etc.) dont la surface au sol mesure au moins 10 m2, le volume 20 m3 (hors encombrant) et la hauteur sous plafond au moins 1,5 m, optez pour un chauffe-eau thermodynamique sur air ambiant.

> Je découvre le chauffe-eau Egeo, accessible à tous

POURQUOI NE FAUT-IL PAS CHAUFFER LA PIÈCE ?

Après avoir chauffé l’eau, le chauffe-eau thermodynamique sur air ambiant rejette l’air refroidi dans la pièce où il se trouve. Si elle est chauffée, le chauffage risque donc de surconsommer pour compenser les quelques degrés perdus.

Attention, pour une performance optimale, la température ambiante de la pièce ne doit pas descendre sous les 5°C. Mais, rassurez-vous, si cela arrivait, l’appoint électrique prendrait le relais sur la pompe à chaleur pour assurer votre confort en eau chaude.

Si vous n’avez pas de pièce non chauffée d’au moins 20 m3, il est déconseillé de choisir un chauffe-eau thermodynamique sur air ambiant en zone chauffée. En effet, cela reviendrait à utiliser vos radiateurs pour chauffer l’eau, ce qui serait contre-performant. Dans ce cas, il est préférable d’opter pour un chauffe-eau thermodynamique sur air extérieur ou pour un modèle split (le top du top) qui fonctionne avec des températures extérieures jusqu’à -15°C et +37°C.

> Je découvre le chauffe-eau thermodynamique Calypso, la solution « couteau suisse »

LE POINT MÉTÉO

Vous vous demandez si les températures extérieures ont un impact sur la performance de votre chauffe-eau sur air extérieur ? Oui, le rendement de la pompe à chaleur peut varier suivant les températures extérieures (elle fonctionne environ jusqu’à - 5°C, ou - 15°C s’il s’agit d’un modèle split). Mais en cas de grand froid, l’appoint électrique peut prendre le relais donc l’eau chaude reste bien disponible sans interruption.

À noter toutefois : ce type de modèle est plutôt conseillé en climat tempéré pour faire de vraies économies d’énergie.

Avez-vous été vigilant au (bon) dimensionnement de votre chauffe-eau ?

Lors du choix de votre chauffe-eau thermodynamique, il est essentiel de vous assurer que sa capacité (en litres) et que son V40 (volume d’eau chaude à 40°C qu’il est capable de fournir) soient adaptés à votre consommation d’eau chaude sanitaire. En effet, si sa taille est trop petite, vous risquez de manquer d’eau chaude et, si elle est trop grande, vous pouvez surconsommer et gaspiller de l’énergie.

> Je veux savoir comment choisir la bonne capacité pour mon chauffe-eau

L’emplacement choisi pour l’appareil est-il pertinent ?

En raison de la présence d’une pompe à chaleur, les premières versions de chauffe-eau thermodynamiques se révélaient bruyantes. En revanche, actuellement, un réel progrès a été fait sur l’acoustique. Il existe désormais des appareils qui émettent 50 dB, voire moins. Si vous souhaitez connaître le niveau de décibels qu’émet un produit, n’hésitez pas à vous référer à son étiquette ErP (Energy Related Products).

Quoi qu’il en soit, pour un confort optimal, prévoyez un emplacement à distance des chambres si la pompe à chaleur se trouve à l’intérieur, et pas trop près des voisins si elle est en extérieur (comme dans une version split).

PUISSANCE ACOUSTIQUE ET PRESSION ACOUSTIQUE : QUELLE DIFFÉRENCE ?

Lorsque l’on veut mesurer le bruit émis par un appareil, on peut se référer à sa puissance acoustique ou à sa pression acoustique. La puissance désigne le niveau d’émission sonore de l’équipement, sans tenir compte de son environnement. La pression, elle, détermine le niveau sonore perçu par l’oreille humaine (souvent à une distance de 2 m). Si vous souhaitez comparer les volumes sonores de deux produits de la façon la plus fiable possible, il est conseillé de vous baser sur la puissance acoustique : c’est d’ailleurs elle qui est indiquée sur l’étiquette ErP.

Avez-vous fait appel à un pro pour vous aider à installer votre chauffe-eau ?

Non seulement il vous aidera à choisir le bon dimensionnement, le bon emplacement et, surtout, la bonne solution, mais son intervention conditionne aussi l’obtention de certaines aides financières !

> Je souhaite trouver un professionnel pour m’accompagner