Chargement...

Comment choisir une pompe à chaleur ?

Les différents modèles répondent à des configurations spécifiques. Mieux vaut faire appel à un professionnel qualifié. Lui saura lister les critères et besoins pour choisir le bon produit. En attendant sa visite, voici quelques éléments de réponse


Les critères déterminants dans le choix d’une pompe à chaleur

Première étape, se poser les bonnes questions !

  • Le type d’habitation ? S’agit-il d’une habitation neuve et bien isolée ou d’un remplacement de chaudière dans l’existant.
  • Les besoins à couvrir : la pompe à chaleur devra-t-elle assurer juste le chauffage ou également la production d’eau chaude sanitaire, voire le rafraîchissement en été.
  • Le type d’émetteurs de chaleur : radiateurs ? plancher chauffant ? ventilo-convecteurs ?
  • Le lieu d’implantation de l’unité extérieure : le terrain s’y prête-t-il (type de sol et surface) ?
  • Le budget disponible
  • Les économies d’énergie que l’on peut en attendre.

Autant de critères déterminants pour s’assurer de bien dimensionner l’installation qui nécessitent de s’adresser à un spécialiste qualifié.

Les tendances actuelles

Ce sont les pompes à chaleur aérothermiques qui sont principalement mis en œuvre dans l’habitat. Elles représentent 96 % du marché. Mais celles-ci se distinguent selon une installation en neuf ou en rénovation. En effet, les constructions neuves offrant une isolation plus performante, les pompes à chaleur retenues seront de moindre puissance, à savoir en dessous de 6 KWh, certaines assurant à la fois le chauffage et l’eau chaude sanitaire (ECS).

Le secteur de la rénovation retiendra davantage les pompes à chaleur haute température, en relève de chaudière comme en substitution. Lesquelles permettent de conserver l’ancien circuit de chauffage et ses radiateurs, en fonte par exemple.

Les pompes à chaleur géothermiques et hydrothermiques (calories captées dans le sol ou l’eau) sont plutôt dédiées à la construction neuve, étant donné leur coût, les autorisations administratives auxquelles elles sont soumises (captage et forage) et la complexité de leur mise en œuvre.

Le saviez-vous ?

Le surdimensionnement se traduit par un surcoût à l’achat, une augmentation du nombre de cycles, et donc des consommations électriques et de l’usure.

Le sous-dimensionnement, lui, empêche de couvrir la totalité des besoins, d’où un appoint plus sollicité.

Une installation bien réalisée autorise un retour sur investissement rapide.