Chargement...

Une VMC bien nettoyée, un air sain assuré !

Pour fonctionner correctement hiver comme été, une VMC a besoin d’être entretenue : dépoussiérage régulier, nettoyage des bouches d’extraction et des entrées d’air. On vous dit tout pour entretenir votre VMC comme il faut et prolonger sa durée de vie.

 

Une VMC bien nettoyée, un air sain assuré !

Quelle soit ponctuelle ou continue, votre VMC est confrontée quotidiennement à la poussière et aux autres résidus. Leur accumulation est sans appel : le moteur devient bruyant, la VMC consomme davantage, l’air est moins bien ventilé, à terme, la qualité de l’air se dégrade et des moisissures peuvent apparaître. Vous observez l’un de ces signes ? Votre VMC a besoin d’un bon coup de nettoyage ! Si ce n’est pas fait dans les temps, des pannes peuvent même se produire. Quel que soit le type de VMC (simple ou double flux), pensez à réaliser régulièrement un nettoyage de votre système de ventilation. 
 

1. L’entretien courant : retroussez-vous les manches ! 

Afin de maintenir le bon fonctionnement de votre système de ventilation, un entretien régulier est indispensable. Dans le cas contraire, la VMC va progressivement être endommagée par la poussière et autres résidus. Conséquence : elle devient bruyante, consomme davantage, l’air est moins bien ventilé, des moisissures apparaissent, des pannes peuvent même se produire. Quel que soit le type de VMC (simple ou double flux), réalisez vous-même un entretien courant tous les 6 mois, en brossant les entrées air ou en nettoyant les bouches d’extraction. 

Tous les ans, il convient de réaliser un entretien complet. L’idéal est de souscrire un contrat d’entretien avec votre installateur. Dans tous les cas l'installation doit être contrôlée et nettoyée dans sa totalité tous les 1 à 2 ans.

L'entretien fait par le professionnel comprend : nettoyage des éléments ; contrôle du maintien des gaines et du caisson bloc moteur en combles ; vérification des entrées d’air neuf, de l'état général du ou des ventilateurs, des manchettes de raccordements entre le réseau et l'unité de ventilation, des connexions électriques... ; mesures de débit et de dépression.

Une ventilation double flux est également touchée par les problèmes de poussière mais ses filtres capturent les pollutions extérieures avant qu’ils n’entrent dans la maison. Ils empêchent également les poussières contenues dans l’air extrait de parvenir au moteur et donc de l’encrasser. Les bouches d’extraction et d’insufflation doivent cependant être régulièrement nettoyées. Sachez d’ailleurs que certains modèles peuvent passer au lave-vaisselle. Efficace et pratique ! Pensez aussi à changer les filtres au moins une fois par an, mais tout dépend de l’emplacement de votre habitation ou de l’état d’entretien de votre maison. L’échangeur doit aussi être démonté pour l’entretien. Mais un conseil, si vous possédez une ventilation double flux, faites appel à un professionnel.

2. L’entretien par un professionnel : gage de qualité et d’entretien bien effectué. 

Le grand nettoyage n’est pas à négliger. En effet, il vous assure un air sain et une VMC en bon état de marche. Des bouches d’aération encrassées entraînent une mauvaise respiration de la maison – et de ses habitants ! – et vous perdez tous les bénéfices de votre VMC.

L’entretien complet annuel de votre VMC double flux est recommandé et, a minima, tous les deux ans, généralement après l’hiver où les ventilations ont été particulièrement sollicitées. Contactez un installateur professionnel qui procédera à un nettoyage approfondi, au contrôle des gaines et du caisson bloc moteur dans les combles, à la vérification de tous les éléments (entrées d’air, ventilateurs, raccordements, connexions électriques) ainsi qu’à la mesure de débit et de dépression. Il utilise des produits adaptés, nettoie ou remplace les filtres. Il démonte également le moteur afin de retirer poussières et impuretés.

Vous aurez alors la garantie d’un équipement en bon état de marche, durablement !

L’accompagnement par un expert permet d’avoir des installations correctement entretenues et performantes. De plus, intervenir sur le moteur n’est pas toujours aisé, parce qu’il est bien souvent placé dans les combles. Il est donc préférable de faire intervenir un professionnel. Finalement, quelle que soit sa VMC, mettre en place un contrat de maintenance, c’est simplifier son entretien et prendre soin de son air intérieur !